Emmanuel Siachoua, musicien

En même temps que ses études de guitare au conservatoire, il fonde Kunamaka et se forme au métier de compositeur-interprète. Ce groupe de rock fera 3 albums studio et 180 concerts en France et en Europe de l’Est allant jusqu’a Saint Petersbourg.

 

AU cours de ces années, il pratique la basse, le clavier, la guitare, les synthétiseurs, se forme à la MAO et participe à de nombreux projets artistiques qui vont l’amener sur un terrain plus experimental.

Ces nouvelles envies se concrétisent par la création du trio Ultra Zook qui parcourt l’Europe, enregistre quatre disques et l’integration en tant que quatrième membre du groupe Kafka, avec qui, il expérimente le travail de la danse l’image animée, le ciné-concert, l’improvisation.

 

Aujourd’hui Emmanuel multiplie les collaborations artistiques (Vincent de la Vénère, Régine Cirotteau, la Compagnie La Transversale…) et pratique de nouveaux instruments, notamment traditionnels qu’il a ramené d’un long séjour au Laos( Flute, orgue à bouche, clarinette…) Il en registrait produit des album et gère un label de disques vinyles, Gnougn Records.

 

Ses derniers projets de création en date sont: 

Substanz, un duo avec le multi-instrumentaliste Francois Arbon qui travaille sur les matières sonores et visuelles avec le concours du concepteur-programmateur Francois Blondel, dans une esthétique électro instrumentale.

Falong noise, un solo de musique techno ou il séquence quatre synthétiseurs analogique et une boite à rythme.

Ramdam Fatal septet au centre du quel le trio Ultra Zook est entouré de musicien assis du trad et du Jazz qui utiles le matériau traditionnel pour créer un bal diabolique.